Expéditions Malala 2011

Deux courte expéditions de reconnaissance de de topographie de deux grottes de la Forêt de Bangou, à Kindamba, en novembre et décembre 2013. Le projet est mis à l’ordre du jour par l’archéologue Congolais Frédéric Okassa et s’adjoint l’aide d’Olivier Testa pour les prospections de terrain, la cartographie et la topographie.

Entrée de la grotte de Meya-Zouari
Le mur de lianes, la végétation surabondante, le front de calcaire en pleine forêt : tout pour une ambiance unique
L’antilope de Malala
Ce dessin pariétal n’est pas encore daté. C’est ce dessin (et d’autres) qui ont incité Frédéric Okassa à reprendre les recherches archéologiques au Congo

Participants : Frédéric Okassa, Olivier Testa, Albert Nzoulani, André Oyamouènè, Sergent-chef Dinard, Michèle Mouandzibi, Olga Violette Akouango, Hilaire Massengo, Ardel Kama, Antoine Nganga-Dzoumba, Marshal Okassa, Aurélien Pompad

Dates : 5 au 13 novembre 2011, 5 au 22 décembre 2011

Plaines autour de Brazzaville
Entrée Grotte de Mpoka

Cette expédition spéléologique était sous la houlette de Dr Frédéric Okassa, archéologue congolais, qui souhaite relancer les fouilles archéologiques dans les grottes de la forêt de Bangou.

Dr Frédéric Okassa Leboa, au travail

L’expédition a duré une semaine, mais nous n’avons pu passer qu’un jour et demi à Malala, petit village qui était notre camp de base. En effet, la route était fortement dégradée. Alors qu’il fallait 3-4h dans les années 60 pour parcourir les 180km qui séparent Brazzaville de Malala, il nous a fallu 18h non-stop à l’aller, et 17h au retour pour faire la route. On imagine les conditions de circulation sur cette piste (bourbiers, rivières à gué, sable, nids de poules), mais les paysages sont superbes.

Prospection des berges de la Louolo

La région est indéniablement karstique et les cavités rencontrées durant cette courte expédition sont prometteuses des découvertes qu’il reste à faire.
Nous avons pu revoir les grottes de Malala, de Bittori et Meya-Djouari.
Au cours d’une courte marche d’approche, j’ai pu repérer deux nouvelles cavités qui s’ouvraient dans le lapiaz.

L’objectif principal était de topographier les cavités dans lesquelles vont se dérouler les fouilles.
Le niveau principal de la grotte de Malala a été topographié (350m). Il reste à topographier le niveau supérieur.
La grotte Bittori a été topographiée sur 114m.

Topographie de la grotte de Meya Zouari

Ces grottes ont vu passer deux archéologues de l’ORSTOM durant quelques années dans les années 60, mais plus rien n’a été fait depuis.
Ces grottes n’avaient jamais été topographiées, il existait seulement des croquis d’exploration réalisé par les chercheurs de l’ORSTOM. 

Le campement temporaire sur les hauteur de la Louolo

Expédition intéressante à plus d’un titre, et notamment par la volonté locale de reprendre les explorations dans ce pays magnifique.

La seconde expédition, un mois plus tard, a permis de parfaire la connaissance du système de cavité, de cartographier et de prospecter des entrées.

Coucher de soleil sur les savanes du Congo