Lastoursville 2016

Cette expédition, du 4 au 26 juillet 2016 poursuit le travail de 2015. Comme la précédente, elle s’est déroulée sous la direction de Richard Oslisly, géoarchéologue à l’Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon.

Dans la grotte de Pahon, Lastoursville, Gabon

L’expédition comportait plusieurs volets :
- Une prospection pour découvrir et explorer de nouvelles cavités.
- Une étude de la faune souterraine des principales cavités de la zone de Lastoursville.
- Un diagnostic détaillé de la grotte Boukama en vue de son aménagement et pour délimiter l’emprise du site à protéger.

Exploration de nouvelles cavités

Plusieurs nouvelles cavités ont été découvertes et explorées :
- La grotte Mounguéké présente un labyrinthe sur diaclase. Les galeries sont souvent relativement basses et étroites. L’exploration n’est pas terminée. A ce jour 1590 m de galeries ont été topographiés mais le développement reconnu approche les 2000 m et il reste plusieurs points d’interrogation majeurs. Cette cavité est à ce jour la 3ème la plus longue du Gabon.
- La grotte de Missié développe 810 m. Elle renferme surtout une immense salle abritant des dizaines de milliers de chauves-souris.
- La grotte Mibounzi, comprend un gouffre perte et une résurgence 70 m plus loin.
- La grotte Ndindinga, simple système perte-résurgence, développe 132 m.
- La grotte Ngongo n’est qu’un très vaste abri sous roche de 30 m de long sur 15 m de large par endroit.

Au final ce sont donc environ 2630 m de galeries qui ont été explorées et topographiées

Relevé topographique dans une galerie typique de la grotte Moungueke

L’inventaire de la faune souterraine

Outre la grotte Boukama, plusieurs cavités importantes, déjà connues et topographiées, ont été visitées lors de l’expédition pour des prélèvements de la faune souterraine : grotte de Ngongourouma (dév. : env. 2000 m), grotte de Pahon (dév. : 1153 m) et grotte de Lipopa (dév. : env. 1400 m).
L’étude bio a également été conduite dans deux grottes nouvellement explorées : Mounguéké et Missié.

Au-moins neuf espèces de chauves-souris ont été observées, dont la toute première observation de Rhinolophus adami en dehors du Congo (cette chauves-souris n’avait été observée que dans une seule grotte jusqu’à présent !).
Certaines espèces forment des populations particulièrement nombreuses (supérieures à 10 000 individus).

De nombreux vers, mollusques et arthropodes (crustacés, arachnides, myriapodes, insectes, collemboles) ont été prélevés en vue de leur détermination.
Toutes les observations sont consultables sur iNaturalist

Superbe blatte du genre Apotrogia